EXEMPLES DE TECHNIQUES POUR CONTRÔLER LA DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Chaque douleur du corps humain a ses remèdes. découvrez comment celui-ci arrive à guérir...



Les inductions et métaphores pour traiter la douleur sont très nombreuses.


En voici quelques exemples :


La relaxation musculaire


En partant simplement du corps, d'une écoute attentive des phénomènes corporels pour atteindre un relâchement des tensions musculaires. Elle permet d'enrailler le processus lié à la crainte de la douleur.


L'anesthésie directe


Par une induction, le thérapeute va modifier une ou plusieurs caractéristiques de la zone douloureuse comme l'engourdissement, la désensibilisation, etc. Cela a pour effet de diminuer l'intensité et changer la perception du sujet.


Détournement de l'inconscient


Il est tout à fait possible de détourner l'attention du sujet par la mise en place par exemple d'un ancrage olfactif, faire choisir une huile essentielle (de lavande par exemple), puis suggérer que chaque fois que le sujet va sentir cette odeur, la douleur disparaîtra, ou simplement qu'il n'aura plus mal du tout et que peut être même que cette huile essentielle lui rappellera un moment, un souvenir très agréable.


Anesthésie par délocalisation


Le thérapeute crée une anesthésie dans une partie saine du corps, puis il va inviter le sujet à déplacer cette partie sur la partie à anesthésier par transfert de l'effet anesthésiant.


Le déplacement de la douleur


Le thérapeute invite le sujet à déplacer la douleur dans une partie du corps moins sensible ou à l'évacuer tout simplement. « Imaginez votre douleur descendre le long de votre corps afin de pouvoir l'évacuer par un pied. »


Cela peut être une bulle qui emmène cette douleur loin de lui, un doigt magnétique qui détruit cette douleur, suivant votre imagination et la sienne


Remplacement de la douleur


Il est tout à fait possible de suggérer que cette douleur puisse être remplacée par une fraîcheur, une chaleur douce et agréable, semblable à un glaçon qui calme, etc. Tout dépend de la douleur de la personne.

N'oubliez pas les informations recueillies et que la douleur fait TILT!


La dissociation


Le sujet est amené à avoir un regard extérieur, il se perçoit alors comme s'il voyait une personne vivant une situation douloureuse, en dehors de toute implication. Dans cette nouvelle position, plus confortable, il peut analyser cette douleur sans être dans les émotions.


Calmer la douleur


vous pouvez simplement calmer la douleur par le gant magique, le bonnet magique, notamment pour les patients sous chimio-thérapie pour qui le port du casque réfrigérant est très douloureux et difficile à supporter. Il peut s'agir aussi d'un souffle magique, d'une gomme magique, d'un bisou magique (très efficace chez les enfants).


La distorsion du temps


Quelques secondes de douleur peuvent être perçues par le sujet comme des heures qui n'en finissent pas. La notion du temps peut être modifiée si le sujet vit cette douleur. Le thérapeute va induire que le temps paraîtra très court au sujet.


La distorsion de la réalité par création d'un monde artificiel


Le thérapeute induit au sujet la permission de vivre dans un monde serein, loin de toutes souffrances.


La substitution de la douleur par une autre sensation


La douleur sera remplacée par des sensations beaucoup plus supportables telles que des picotements, une sensation de froid ou de chaleur.


La concentration sur la nouvelle perspective de la douleur


Le sujet apprend à reconnaître les caractéristiques de la douleur (son intensité, sa localisation précise, son évolution, sa texture, une luminosité, une couleur, une forme, etc.). Il peut devenir son propre scientifique et analyser la situation et ainsi la transformer lui-même à son bon vouloir.


Le changement de signification de la douleur


Le sujet peut donner une signification positive à la douleur, son message caché. Il peut percevoir la douleur comme un élément utile, capable de prévenir le sujet que le corps réagit en cas « d'attaque ».


Le changement de la signification de l'apparition de la douleur


Si le sujet à des douleurs par périodes, cela sous-tend qu'il y a des épisodes sans douleur, ce qui lui permet de surmonter les moments critiques par projection de son attention sur le moment où il n'aura plus la douleur.


Le contrôle des fonctions du corps


Le thérapeute rappelle au sujet la façon dont son système nerveux gère sa régularisation thermique, le contrôle de certains muscles viscéraux, la stratégie de début et de fin de crise, etc.


Vous pouvez utiliser la métaphore d'une salle de contrôle, d'un ordinateur..


L'amnésie


Le thérapeute élimine de la mémoire le signal qui engendre une douleur, le signal n'étant plus associé à une douleur reconnue, il n'y a pas de déclenchement de la douleur.


La régression d'âge


Le thérapeute amène le sujet à une période antérieure où il n'avait pas la douleur et qu'il vivait sans elle.


L'imagerie neuropsychologique


Le sujet visualise les processus neuropsychologiques de la douleur et ses mécanismes afin de pouvoir en prendre le contrôle.


Hypno-analytiques


Le sujet prend conscience des causes de sa douleur, l'origine, le sens, etc..



Sources : https://www.infirmiers.com / HypnoSup

8 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout