Les exorcistes à travers les siècles

Dernière mise à jour : 7 mai 2021

Les exorcistes traversent les siècles, tout comme les esprits maléfiques traversent les mondes.


Comment l'église s'organise t-elle afin de les chasser de notre terre ?



Dans l’Eglise Catholique

Après la conversion de Constantin et le triomphe du Christianisme, l’action de l’Église tiédit.

En réaction des chrétiens se retirent dans le désert comme ermites. Les premiers moines sont souvent présentés comme des bagarreurs contre les démons (St Antoine l’Ermite IV siècle).

C’est vers le deuxième siècle que l’exorcisme est introduit dans les rites du baptême.

Ce pouvoir d’exorciser, l’Eglise primitive l’a toujours attribué à tous les disciplines du christ.

Pour rappel : « Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : EN MON NOM ils chasseront les démons… »

Au III ème siècle St Hippolyte de Rome, prescrit d’imposer les mains aux candidats que l’on exorcise durant le catéchuménat.

Il semble que c’est au milieu du 3 ème siècle que c’est le pape Corneille qui institue la charge d’exorciste dans le clergé de Rome.

En 416, le pape Innocent Ier réserve le pouvoir d’exorciser aux diacres et aux prêtres.

En Orient, l’évolution est la même mais petit à petit la coutume d’ordonner des exorcistes disparait sauf dans l’Eglise Arménienne. Par la suite on trouve dans le rituel Byzantin un certains nombre de long exorcismes attribués à St Basile le Grand et à St Jean Chrysostome ( env. An 350)

Dans l’Eglise Occidentale les plus anciennes prières connus ne remontent guère au-delà des VII et VIII ème siècles et restent surtout réservées aux baptêmes.

Que faut-il retenir ?

De tout cela il est important de retenir que le démon est une créature déchue et non un dieu concurrent du vrai Dieu.

Rappelons aussi le Concile de Nicée ou le credo des chrétiens nous dit :

« Je crois en un seul Dieu, le père Tout Puissant créateur du Ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible » affirmant ainsi l’existence des créateurs invisibles crées par Dieu.

Le Concile de Latran (1215) réaffirme ma supériorité et l’unicité de Dieu : « nous croyons fermement et nous professons simplement un principe unique de l’univers, créateur de toute choses visibles et invisibles, spirituelles et corporelles.

  • Il créa tout ensemble, de rien l’une et l’autre créature, spirituelle et corporelle, à savoir celle des anges et celles du monde, puis la créature humaine qui tient en quelque sorte de l’une et de l’autre puisqu’elle est composée d’esprit et de corps. Car le diable et autres démons ont été créés par Dieu naturellement bon, mais ce sont eux qui, d’eux-mêmes, se sont rendus mauvais.

C’est pour avoir fondés leur croyance sur l’existence de DEUX principes fondamentaux; le bien et le mal, que les Cathares furent déclarés hérétiques.

Le moyen-âge est une période de chasse aux sorcières et n’est certes pas à la gloire de l’Eglise.

Ce n’est que vers la fin du XVI ème siècle qu’apparaît l’ère « exorcistique ». Les possédés succèdent aux sorcières.

Le pape Paul V publie en 1614 des mesures strictes concernant l’exorcisme. Ces mesures étaient encore d’application au début du XXI ème siècle.

Le rituel romain dit clairement « Avant tout, l’exorciste ne doit pas croire trop facilement qu’il est en présence d’un cas de possession. Il faut qu’il connaisse les signes permettent de distinguer celle-ci de ce qui n’est qu’une bille noire ( mélancolie ) ou autre maladie. »

Malgré cette mise ne garde il y eut la fameuse affaire des possédés de Loudun (1630).

Pour les esprits de l’époque la possession est du domaine public, elle devient un drame collectif que l’on partage et même un divertissement. La curiosité est de tous les temps !

La révolution française fit souffler un vent de liberté sur le monde. Les tabous tombent et l’Église Catholique en perdant une partie de son pouvoir ne peut empêcher d’importantes scissions dans son clergé et l’on assiste à la naissance de ce que l’on devait appeler les Petites Églises. Il ne faut pas y voir un laxisme de la part des nouvelles Églises mais l’existence de structures plus souples qui permettent une prise en charge beaucoup plus rapide du malade. Il y a bien sûr eut certains abus mais où n’y en a t-il pas ?

Ces dernière années l'Église Catholique a remis en service des prêtres exorcistes mais on reste confondu par leurs manques d’expériences, Vatican II est passé par-là ! Les vieux exorcistes sont tous décédés et les nouveaux sont plus des psys que des exorcistes. Une tendance de tout expliquer par la folie ou un dérèglement des énergies a vu le jour.

Quels sont les signes de possession ?

Les signes de possessions indiqués dans le rituel de 1614 ont été longtemps décisifs mais avec les progrès actuels des sciences humaines on se saurait leur accorder aujourd’hui la même importance.

1 - Parler dans une langue ou la Glossolalie que l’on n’a pas apprise. Attention une langue existante et non un sabir inspiré comme les Pentecôtistes ou dans certains mouvements charismatiques.

2 - Une force extraordinaire. A prendre avec prudence car nous savons actuellement qu’une crise d’hystérie décuple les forces.

3 - La connaissance des choses cachées ou ignorées du sujet ou Hiérognose.

4 - Vomissement de corps étrangers que lui démon lui aurait fait ingurgiter.

5 - Signes et stigmates imprimés sur la peau Stigmata Diaboli.

Les critères du rituel de 1614 restent considérés comme des indices mais il ne faut pas négliger d’autre signes d’ordre moral, par exemple l’aversion pour les choses religieuses.

Le discernement est difficile et il est RARE d’être devant un cas de possession.

Généralement (99 fois sur 100) l’exorciste se trouve devant un cas de d’envoûtement ou d’infestation. Les malades sont tourmentés par le démon mais non possédés. Les cas extrêmes sont très rares bien que plus fréquents dans certaines cultures que dans d’autres.





Source : Mission Veille Catholique Saint Michel

37 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout